LA MALADRESSE

“La danse fait appel à la maladresse natale. Elle fait appel à tous les gestes enfants. Elle ne sait pas parler. Elle ne sait pas chanter. Elle ne sait même pas soulever le pied. Elle ne sait même pas le poser. Elle ne sait pas joindre les paumes, les séparer, les frapper, produire un son. La danse fait appel au corps d’avant le langage. Au corps d’avant le moi. Au corps d’avant la position sujet. Au corps d’avant le visage. Au corps d’avant le miroir. Au corps d’avant la peau. Au corps d’avant la lumière.”
Pascal Quignard, L’Origine de la danse, ed. Galilée, 2013

La Maladresse est une création chorégraphique, chorale et musicale qui s’intéresse à l’expression chez l’individu de mouvements anormaux et involontaires tels que les tics et les dyskinésies. Je souhaite avec ce travail inviter l’imaginaire de l’interprète, des spectateurs, le mien, à de nouvelles expériences du geste dansé. La danse se fonde ici sur l’ensemble des coordinations, des musicalités, des temporalités inédites observées dans ces mouvements indisciplinés. Il ne s’agit pas de se référer au geste virtuose, mais au contraire, de fabriquer une poétique, une langue des mouvements involontaires, de ceux que le corps produit malgré lui. De se mettre en disposition de voir comment ce qui « défigure », peut participer de l’harmonie.

Cette création a été portée par une résidence à la Villa Kujoyama au Japon, qui nous a donné envie de susciter des rencontres paradoxales, des entrechocs entre les expériences esthétiques que sont la pièce chorégraphique et le concert, la cérémonie et le « typhon musical » de Nicolas Devos et Pénélope Michel.

Dans la poursuite du travail amorcé avec Notre danse (2014) et L’Aveuglement (2016) autour de la relation entre le corps et la voix, La Maladresse s’organise en une tresse de gestes et de chant/ langage. Ce travail vocal est dirigé par le chef de choeur Jean-Baptiste Veyret-Logerias.

Lauréate de la Villa Kujoyama, Mylène Benoit a travaillé au Japon de septembre à décembre 2017, où elle confronte la dyskinésie (les mouvements anormaux et involontaires) aux arts du mouvement japonais (Arts martiaux, Nichibu, Noh…). Sa résidence aboutit à la création de La Maladresse (janvier 18) et de Gikochina-sa (juin 2018 aux Rencontres Chorégraphiques de Seine Saint-Denis).

 


LA MALADRESSE
Création 2018

Distribution

  • La Maladresse
  • Conception Mylène Benoit
  • Collaboration artistique Magda Kachouche
  • Interprétation Célia Gondol 
  • Musique live Nicolas Devos et Pénélope Michel (Puce Moment / Cercueil)
 
  • Direction du travail vocal Jean-Baptiste Veyret-Logerias
  • Création lumière Annie Leuridan et Juliette Romens
  • Scénographie Mylène Benoit et Magda Kachouche
  • Constructeur Christophe Gregorio
  • Administration, production, presse AlterMachine /Carole Willemot, Noura Sairour et Elisabeth Le Coënt 
  • Diffusion Juliette Malot
 
  • Production  Contour Progressif
  • Coproductions et partenaires Le Phare - CCN du Havre Normandie ; L'Echangeur - CDCN Hauts-de-France ; Le VIVAT - Armentières ;Atelier de Paris / CDCN ; Le Ballet de Lorraine (Accueil studio) ; l’Institut français - Villa Kujoyama - Fondation Bettencourt-Schuller
  • Avec l'aide de La Briqueterie - CDCN du Val de Marne 
  • Remerciements Charlotte Fouchet, Béatrice Horn,Masako Kotera, Masato Hirano, Ann Veronica Janssens, Isabelle Duthoit, Cie Monochrome Circus
  • La compagnie Contour Progressif bénéficie du soutien du Ministère de la culture et de la communication / Direction régionale des affaires culturelles des Hauts-de-France, au titre de l’aide à la compagnie conventionnée ; de la région Hauts-de-France au titre de l’aide au programme d’activité.

Durée

Durée : 40 min